Navigation à facette et SEO : ce qu’il faut en retenir

Navigation à facette. Navigation à facette. Navigation à facette. Ni je ne bégaye, ni mon disque est rayé. Cette triplette est tout simplement l’importance qu’on doit accorder en SEO car on dispose souvent d’un levier que même les catapultes les plus puissantes du Moyen  Âge n’osaient rêver. Imaginez donc la puissance que cela peut donner en référencement naturel.

Mais oui, j’en fais un peu trop. Mais par les temps qui courent, c’est de bonne guerre. La réalité, comme tout le temps en SEO, est la simple vérité du site sur lequel on travaille ; vérité qui diffère du site du voisin. Il n’empêche qu’aujourd’hui, même si une prise de conscience s’opère, on remarque aisément que l’un des leviers est souvent celui-ci. La navigation à facette n’a souvent jamais été pensée, ce qui freine le potentiel d’un site e-commerce (principalement) par restriction, ou pire, par extension.

Ca fait 3 semaines que je voulais écrire ce billet et entre temps, parce que les grands esprits se rencontrent, je me suis fait superbement embarqué dans une discussion sur la navigation à facette avec Raphael Doucet, Jean-Edouard Hueber et Michael Le Floch (j’ai linké leur site, parce que envoyer du jus vers Twitter, ça va un peu). Comme quoi, c’est l’un des sujets clairs du moment. 😉

Navigation à facette, c’est quoi ?

Très rapidement et pour une mini-session de rattrapage pour ceux qui ne savent pas de quoi on parle, il s’agit de la possibilité de rechercher des produits ou services par caractéristique. Si on prend l’exemple d’une mini-jupe (au hasard), nous pouvons avoir une possibilité de recherche par taille, par couleur, par collection ou encore par marque. Ce sont uniquement des exemples, chaque cas est particulier.

Une précision assez fondamentale, la navigation à facette ne s’applique pas qu’aux sites e-commerce, loin s’en faut. A partir du moment où vous listez des éléments, il y a des probabilités que des caractéristiques communes existent et donc la possibilité de disposer d’une navigation à facette.

facette complete
Navigation à facette de zalando.fr

L’interêt de base de la navigation à facette est l’UX et l’espérance d’orienter au mieux l’internaute pour l’amener à effectuer une action qui va au final nous ramener des pages vues, des sous, une inscription, un contact ou un contrat.

Mais au délà de ça, la navigation à facette peut être une problématique majeure et nuisible au référencement naturel tout comme un excellent levier d’acquisition avec la possibilité de se positionner sur de nouvelles expressions. A nous d’être au cœur de la possibilité numéro 2 : un excellent levier d’acquisition !

Une différence de critères entre thématique

Comme vu plus haut, les critères de recherche ne sont pas les mêmes entre thématique. Un vendeur d’ordinateur (processeur, capacité, marque, …) aura une navigation à facette en partie différente d’un loueur de poneys nains (âge, taille, race, …). Et même à l’intérieur d’une même thématique ou d’un type de produit, on retrouvera des critères différents entre les e-commerçants (ou pas) selon des paramètres propres aux modèles et à l’entreprise.

De manière générale, il faut partir de l’ensemble des caractéristiques produits en les déclinant, puis :

  1. De conserver ce qui peut être utile à l’internaute (exemple simple : couleurs, date de la collection, promotions)
  2. D’indexer ce qui est recherché via les moteurs de recherche pour les internautes (sur le même exemple : couleur)

Le tout doit être mis en corrélation en fonction du nombre de références proposé. Dès lors, vous pouvez noter qu’un large catalogue produit sera forcement favorisé contrairement à un catalogue produit restreint qui ne permettra pas de joueur réellement sur la navigation à facette.

A ce moment, vous connaissez ce qu’il faut arriver à positionner sur les moteurs de recherche et ce qu’il ne faut pas indexer.

Sous-catégorie ou navigation à facette ?

La question est très sensible et la frontière est parfois ténue entre les deux. De base, il faut savoir distinguer le type de produit avec les caractéristiques d’un produit. Oui mais non, parce que le type de produit est parfois distingué par une caractéristique.  Pour un vendeur de chaussettes, « Chaussettes en coton », est-ce une sous-catégorie ou une caractéristique de « Matière » que nous allons introduire dans la navigation à facette ?

facette chaussette
Sous-catégorie de chau7.fr
facette chaussette
Navigation à facette de chau7.fr

Je n’ai pas de réponses nettes à apporter ; si ce n’est que tout dépend de ce qu’on souhaite mettre en avant et de la gamme de produit existante.

SEO et navigation à facette = question sur l’indexation et le crawl

La première difficulté qu’on retrouve est le contenu dupliqué, ce qui implique dans ce cas de figure que la navigation à facette a été laissé entièrement indexable. Comme l’explique Google et qui nous renvoie à des notions abordées assez fortement en ce moment, dans ce cas de figure, les signaux d’indexation sont dilués parce que plusieurs versions similaires / identiques coexistent. Cela nous démontre clairement l’équilibre d’unijambiste qui va falloir pratiquer entre indexation et non-indexation des URL générées par la navigation à facette. On peut aussi mettre en lumière la question du crawl. Je pense que tout le monde est aujourd’hui à peu près d’accord pour affirmer qu’il faut autant que possible économiser le crédit-crawl que Google a attribué à votre site pour faire en sorte de le diriger vers les pages utiles en terme de référencement.

Avec ce simple paragraphe, les deux notions essentielles de compréhension de la navigation à facette et du référencement sont présentes :

  1. Comment ne pas diluer les signaux d’indexation ?
  2. Comment conserver le crawl le plus utile possible pour mon positionnement ?

Pour illustrer mon propos, je vous mets cette vidéo 1’43 sur la mécanique des liquides de l’Université Lille 1 où le parallèle est stupéfiant. Imaginez simplement que le liquide est votre quantité de crawl Google et que les trous sont le nombre de pages que Google peut crawler. 😀

Si le liquide s’écoule plus vite que le remplissage (trop de trous), alors le rayon de la trajectoire parabolique sera plus court par perte de pression. De manière imagée, votre page sera moins crawlée avec les conséquences qui en découlent.

Ces deux points essentiels pour Google sont à mettre en perspective avec une autre question que le référenceur doit se poser :

  • Quels sont les pages de la navigation à facette qui peuvent m’amener des visiteurs et des ventes ?

Et en fonction de votre rôle dans le projet de départ, les questions primaires les plus basiques sont nécessaires à la validation de son optimisation SEO, comme vu précédemment :

  • Quelles sont les rubriques de navigation qui vont aider mes internautes à chercher et acheter le produit qu’il souhaite, en fonction de ma collection ?
  • De quelle manière je souhaite orienter mes utilisateurs, en fonction de ma collection ?

Les réponses à apporter dépendent clairement du type de produit et de sa propre collection. Un e-commerce de vêtements ne doit pas avoir la même approche qu’une boutique de vente en ligne de téléphonie.

Approche pré-technique

La difficulté réside à partir de là dans l’approche technique et la manière de gérer la navigation à facette. Les CMS populaires gèrent nativement assez mal cette approche pour Google. De fait, il est nécessairement crucial de trouver le bon module (souvent payant), de développer soi-même ou d’appliquer les rustines nécessaires pour valider cette navigation entre internaute et moteur de recherche pour tirer le meilleur de la navigation à facette.

Quelques lectures en plus : une présentation Slideshare et un article sur le blog Google (en)

Crédit photo : usnavy

12s Commentaires à “Navigation à facette et SEO : ce qu’il faut en retenir”

  1. zebulon

    Citation : « 3. Quels sont les pages de la navigation à facette qui peuvent »
    J’ai l’impression qu’il manque quelque chose 😉

    Répondre
  2. C’est marrant, il y a pas mal de billets sur le sujet en ce moment, alors que la problématique date déjà, tout de même, de pas mal de plateformes e-commerce … Bon billet, bonnes pistes pour faire le tri, merci ! 🙂

    Répondre
  3. Alexandre Santoni

    @zebulon : En effet, merci, je vais corriger 🙂

    @Simon : Cette problématique existe depuis un moment mais aujourd’hui, elles se démocratisent pour deux raisons à mes yeux : L’obligation d’avoir une véritable propreté technique en référencement + la démocratisation de prestation référencement pour les petits e-commerçants. Du coup, on en parle plus.

    Répondre
  4. Liberta

    Beaucoup de problématiques là dessus en ce moment, on y est nous même confronté sur notre boutique. Les frais de mise en place ne sont pas neutres, faut bien réfléchir à l’apport possible via Google.

    Répondre
  5. Sauf erreur de ma part, tu ne parles pas de début de solutions comme la desindexation des pages de résultats de recherche multicritete combinés qui font souvent exploser l’index si elles sont crawlables.

    Répondre
  6. Alexandre Santoni

    @Fabien : Tu fais globalement erreur, je parle de désindexation par sous-entendu tout au long de l’article, ce qui est fort logique. Il faut indexer ce qui doit être utile et non le reste. Le cas de figure précis que tu explicites est cependant très bon. Tu as raison d’appuyer sur cette notion de désindexation.

    Répondre
    • @Alexandre : J’ai certainement lu ton article trop vite 🙂 Même si la solution de désindexation reste facile à comprendre, c’est souvent une autre histoire pour l’appliquer techniquement. Sur certains de mes projets, j’ai appliqué une méthode assez radicale qui consiste à considérer toute les pages de listes de produits en noindex à l’exception d’une liste exhaustive qu’il faut rentrer manuellement (dans un fichier de config par exemple).

      Répondre
  7. Alexandre Santoni

    @Fabien : Effectivement, la solution technique n’est pas si simple. Dernièrement, j’y suis allé à la main en codant maison pour arriver au résultat voulu. Perte de temps maximale (et ./ ou cher). Tout dépend d’où vient le problème à résoudre.

    Répondre
  8. Eminem

    Afin que les moteurs ne passent pas beaucoup de temps sur l’indexation des facettes et risquer la perte de sa notation PageRank et autres, On peut toujours utiliser le système de navigation à facette mais avec un nombre limité et orienté vers les critères les plus importants mais surtout les plus recherchés afin de limiter l’indexation sur les facettes utiles pour le référencement.

    Répondre
  9. La gestion de la navigation à facettes est probablement le sujet le plus complet et le plus complexe du SEO. ça fait appel à des connaissances très variées (technique, duplicate, noindex…) et à de la gestion stratégique des pages. Sans doute le truc le plus passionnant du SEO.

    Répondre
  10. La navigation à facette, pour le coup c’est un très bon exemple de pratique pensé utilisateur et qui donne un vrai plus à l’UX mais qui d’un autre coté posent un vrai casse tête aux moteur, en ce qui me concerne : j’indexe les catégories et sous catégories, pour ce qui de la navigation à facette elle même, je passe tout en Ajax.
    Est-ce la bonne méthode ?

    Répondre

Laisser un Commentaire