Twitter n’a pas tué le référencement

Dur la communication avec Twitter

On commence à avoir un peu de recul sur Twitter, comment il fonctionne, et son influence sur le monde d’Internet et plus particulièrement des blogs. On voit fleurir ça et là des pets d’esprit reflexions comme quoi Twitter met mal en point le référencement et la communication. Personnellement, je pense (presque) strictement l’inverse.

J’admets sans mal que c’est un sujet où personne n’est d’accord. On risque même peut-être de venir me démontrer le contraire, mais c’est ça qui amènera un véritable échange sur le sujet, de manière à sans doute arriver à une conclusion commune (ou pas). En attendant, j’ai mon avis sur Twitter, son impact sur le référencement naturel ainsi que sur la communication entre blogueurs ou individus.

Vous avez dit échange ?

L’échange entre les blogueurs est favorisé

La communication sur Twitter

J’ai lu un article, pas plus tard que hier, qui tentait de démontrer que Twitter rend les échanges difficiles entre blogueurs (chez carrefour des idees). Le billet est, il faut l’admettre, cohérent et pertinent, et il est évident qu’il est très difficile de s’exprimer sur Twitter dans un monde basé sur 140 caractères. Du coup, et si l’article en question est « RT » (re-tweet) avec un mini-commentaire, il y a des chances que la personne réalisant le RT ne vienne pas commenter. Sauf que je n’ai pas tout à fait le même avis.  Pour moi, Twitter est un moyen de diffusion, de découverte, de partage et de promotion. Sans Twitter, j’aurais quelques visiteurs en moins de manière directe ou indirecte. Et parmi ces visiteurs là que je n’aurais jamais pu atteindre, certains viennent  et viendront commenter.

Il me semble qu’on atteint avec Twitter de nouvelles cibles, et non qu’on rate certaines cibles. D’ailleurs, à titre personnel, être sur Twitter ne m’empêche pas d’aller commenter, bien au contraire. Il en va de même avec d’autres blogueurs que je croise sur Twitter, et qui commentent ici ou ailleurs sur la toile.

De ce fait, en touchant de nouvelles cibles par un nouveau moyen, je pense que l’échange en est favorisé. Bien entendu qu’il y a sans doute certaines personnages qui de ce fait ne viendront poster leur commentaire. J’ai un dernier exemple pas plus tard que hier soir. L’un de mes followers avait un avis tout autre sur la question du déclin futur de flash, et m’a envoyé 8 tweets sur le sujet (rien que ça…). Il aurait il me semble été plus pertinent qu’il vienne expliquer directement sur le blog sa position (même si je ne la cautionne pas), pour enclencher un débat / réponses / avis.

Cependant, à part ces quelques exemples qui m’arrivent finalement assez rarement, la balance commentaires gagnés / commentaires perdus est il me semble assez positive. Reste à savoir si on blogue pour avoir des commentaires, mais ça, c’est une autre question.

Twitter n’a pas achevé le backlink ni tué le référencement organique

Twitter : tu veux un lien pour ton référencement ?

Hier toujours, j’ai lu une interview traitant en partie de l’impact de Twitter sur le référenement avec dans le rôle de l’interviewé Laurent Bourrelly. Il est bien entendu difficile de donner un avis contraire, car si je ne me trompe pas, Laurent est une référence dans le domaine. Cependant, je n’ai pas le même avis que lui sur le sujet. Laurent affirme que « Twitter a presque […] achevé le backlink […] et fait mal au référencement organique ». Je ne suis pas tout à fait dans la même optique.

Petite définition, le groupe de termes « référencement organique » est à peu près synonyme de « référencement naturel », et semble même plus judicieux sur un certain nombre de points. Si besoin, je vous laisse le soin de consulter l’article de light in box qui est assez judicieux.

Toujours dans mon optique de communication, en admettant que Twitter donne lieu à une augmentation de la visibilité (hypothèse que je valide sans mal, à condition d’y travailler), il me semble que les articles sont à même de toucher davantage de personnes, et donc de ce fait élargissent les possibilités d’obtenir des backlinks en provenance de sites Internet ou blogs avec lesquels on entretient pratiquement aucun lien. Dans la mesure où Twitter fait partie intégrante d’une stratégie de communication, il permet d’ouvrir de nouvelles brèches et d’atteindre de nouvelles cibles.

De mon coté, les réseaux sociaux, Twitter compris, m’ont fait découvrir pas mal de choses et j’ai mis en place des liens grâce à ce canal là. Idem, j’ai eu droit à des backlinks uniquement par ma présence ou la présence sur Twitter d’articles que j’ai rédigé (exemple parmi d’autres chez Olivier Schmidt-Chevalier).

Même en validant la théorie selon laquelle Twitter aurait preque achevé le backlink, tout en sachant que tout le monde est donc sur le même pied d’égalité, cela semble revenir à peu près au même. Maintenant, il faut réfléchir au rôle de Google, et il faut qu’il réfléchisse à son rôle. Je pense qu’il va falloir continuer de la part des moteurs de recherche la remise en cause du Nofollow qui me semble un brin aberrant dans une grande majorité des cas.

Les liens des tweets sont par exemple en Nofollow. N’y a t’il pas un moyen de les prendre en compte directement tout en mettant en place un algorithme pour éviter tout spam ou place trop importante ?

Pourquoi faire un lien si celui-ci n’a aucun poids ? Il reste bien entendu quelques questions, en particulier pour les blogs celles du spam-commentaire. Mais cela est contournable par d’autres moyens, pour moi-même pratiquer sur ce point le Dofollow à volonté.

22s Commentaires à “Twitter n’a pas tué le référencement”

  1. Je te rejoint en partie… mais ne faisons pas l’amalgamme entre référencement et source de trafic. Oui twitter est un source de trafic mais non ce n’est pas une source de référencment. personnelement depuis que je m’investis « réelement » en temps sur twitter, mon trafic n’a cessé d’augmenté !

    Répondre
  2. @GOonline C’est une source de référencement indirect, car qui découvre l’article peut linker sur son blog.

    Répondre
  3. Salut

    Merci pour la citation 😉

    Quand je parle de référencement organique, ce n’est pas exactement du référencement naturel ou visibilité. Il s’agit spécifiquement des liens qui sont générés de manière spontanée.
    De plus, lorsqu’il s’agit d’un backlink utile au référencement, le lien doit être crawlable et pondérable. Hors, ce n’est pas le cas sur Twitter (liens en nofollow) et encore moins avec les divers raccourcisseurs d’URLs qui passent pas une redirection 302 plutôt que 301. Pour finir, certains liens sont chopés sur des redirections existantes type feedburner avant d’être passé par le raccourcisseur.
    Bref, entre le nofollow et les redirections sur redirections, je peux certifier que le backlink est totalement mort.
    Encore une fois, un lien doit être conçu d’une manière particulière afin d’être pondéré et les liens sur Twitter n’apportent absolument rien dans ce sens.

    Pour finir, Twitter procure effectivement « un peu » de visibilité. Je dis bien « un peu » car franchement les retours que j’ai observé sont plutôt anecdotiques. Par rapport aux autres canaux que je maîtrise, Twitter se positionne très loin dans les apporteurs de trafic. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir été RT à gogo.

    Répondre
  4. Je suis bien entendu d’accord (encore heureux) qu’un lien Twitter n’apporte strictement rien, sauf une visibilité directe et un possible lien sur un site ou blog d’une personne ayant remarqué le lien sur Twitter. Et c’est en ce sens que je considère que Twitter est loin d’avoir tué le référencement organique.

    D’ailleurs et pour exemple, il me semble que je suis tombé sur ton article via Twitter si je ne dis pas de bêtise, comme quoi.

    Merci de ta participation Laurent.

    Répondre
  5. Pour ma part, twitter m’a fait découvrir de nombreux sites et blogs. J’ai linké ceux-ci à partir de certains articles. Sans twitter, je n’aurais peut-être jamais connu ces sites et donc encore moins fait de BL.
    Mais ce n’est qu’une petite expérience personnelle dont il ne faut sans doute pas faire une généralité.

    Répondre
  6. On se demande qu’est-ce qui n’a pas tué le référencement de nos jours… à quand « H1N1 a tué le référencement » ? 🙂 plus sérieusement c’est vrai que Twitter peut occasionner quelques liens en moins, du fait qu’on va twitter une ressource au lieu de la bloguer. Mais à l’échelle du web ça ne change pas grand chose je pense, sauf pour quelques microcosmes. De plus les twitts peuvent être syndiqués, blogués, susciter des billets… difficile donc de mesurer l’impact de twitter. Ce qui m’inquiète le plus perso c’est la perennité de l’information et des liens : un billet de blog a une durée de vie utile bien plus longue qu’un twitt.

    Répondre
  7. Qu’est ce qu’on s’en broute de l’échelle du Web!
    Ce qui importe est ce qui se passe concrètement dans sa sphère d’influence.
    Ceux qui pensent que la réorganisation des sources de trafic est anodine actuellement devraient bouffer un steak tartare pour se réveiller.

    Plus sérieusement comme tu dis si bien, il n’y a rien de bien compliqué à réaliser que le retour de Twitter est égal à zéro en terme de référencement. Ça n’apporte pas de popularité, donc il n’y a rien à polémiquer là dessus. Ou alors, il va falloir m’expliquer comment un nofollow et un raccourcisseur d’URL peut influer sur la popularité SEO d’une page.

    Keeg a raison en disant qu’indirectement ça peut en effet apporter quelque chose, mais sortir les grands mots sur l’échelle du Web est plutôt ce qui me fait sourire actuellement.
    Ça me rassure tout de même de voir que tu as tout de même compris qu’un billet de blog durait plus longtemps qu’un Tweet. Par contre, je t’informe que d’autres vecteurs d’information peuvent être blogués, syndiqués et susciter des billets.

    Répondre
  8. Je ne suis pas du tout un spécialiste du référencement mais je ne pense pas non plus que Twitter puisse en soit beucoup améliorer le référencement malgré l’arrivé du raccourcisseur d’URL de Google (qui peut -etre perçu comme une stratégie pour utiliser ces liens : http://site-communautaire.blogspot.com/2009/12/googl-pourquoi-google-sort-son-propre.html )

    Bien-sûr si vous avez un Bounce Rate de 98% sur les visiteurs provenant de Twitter …

    Mais comme l’explique l’auteur grâce aux liens Twittés on peut trouver de nouveaux lecteurs… comme dans le domaine de l’affiliation on pourrait imaginer de travailler son tunnel de conversion d’un simple lecteur « accidentel » arrivé via un RT à un fidèle lecteur, voire un abonné à votre flux RSS et un créateur de backlink…

    Plus qu’un nombre de followers important c’est peut-être la congruence de ceux-ci avec votre ligne éditoriale et la proportion de blogueurs (ou autre créateur de contenu) parmi ceux-ci qui va assurer un potentiel de backlinks et donc de référencement…

    Pour conclure : le lien dans son profil Twitter vers son blog est-il en nofollow? Si oui avoir un PR6 sur son profil Twitter n’est peut-être pas négligeable…

    Répondre
  9. Par contre il est clair que si Twitter tire un peu à lui les UGC qui étaient déjà bien bas dans la sphère francophone, les blogs et surtout des autres formats comme les forums ont de quoi craindre un peu certaines pages courtes !

    Répondre
  10. concernant le référencement :

    Je gère actuellement un petit annuaire alsacien (3 ans et un PR4). J’ai fait quelques essais d’indexation via Twitter des nouvelles fiches créées. Seulement 2 sessions de 5 fiches (début et mi-janvier). Les seuls fiches déjà indexées sont celles dont j’ai mis un lien (non raccourci, pas un bit.ly ou diffusé via un raccourcisseur d’URLs). Bilan : les seuls liens déjà indexés sont ceux poster sur Twitter ; ceux pour lesquels je n’ai pas placé de liens externes n’ont rien donné.

    Je n’y vois personnellement pas le fruit du hasard ! En cela en tout cas, Twitter semble présenter un intérêt, puisque il n’y aucune raison d’avoir des remords à tweeter les nouvelles fiches ou pages produits de son site … (Le compte Twitter a été par ailleurs indexé 3h après sa création maximum, sans pour autant accélérer celle-ci)

    Répondre
  11. Retour fort intéressant. C’est vrai que les liens Twitter sont en Nofollow, donc non pris en compte en terme de poids par Google. Par contre, c’est une évidence que ces liens sont suivis par Google, favorisant donc une indexation plus rapide pour les nouvelles pages.

    Répondre
  12. oui twitter n’apporte rie ne positionnement proprement dit
    par contre gagner des liens sur des blogs
    oui il le permet et assez facilement
    d’autre part êtes vous totalement sur qu’un lien « nofollow » n’apoorte rien en référencement
    je ne suis pas tout à fait sur de cela

    Répondre
  13. 100% sûr, cela n’apporte aucun poids. Par contre, si un lien pointe vers une de tes pages non encore indexée, on peut parier que Google va l’indexer, sans pour autant que cela favorise le positionnement de ta page.

    Les liens Nofollow sont suivis, mais pas compté en terme de poids pour le destinataire. Pour l’émetteur du lien, c’est une autre histoire.

    Répondre
  14. je pense que google ne nous dit pas tout
    🙂
    dans le cas d’un buzz
    la plupart des liens que tu gagnes sont en noffolow voir quasiment tous
    mais ton référencement progresse quand même
    je pense qu’a partir d’un certain nombre de liens
    tes liens nofollow t’apporte du référencement
    c’est difficile à quantifier mais j’en suis certain
    🙂

    Répondre
  15. je suis tombé sur ton blog grâce à Twitter et si j’avais un nombril fort large et plus de temps (et d’envie) en possédant un blog sur le ref, j’aurais à coup sur fait un lien dans ma blog list mais aussi rebondi sur tes articles en faisant des liens dessus, etc …

    Si tweeter est capable de faire augmenter le trafic, il y a un autre algo de Google qui fait bouger les positions grâce à son espion analytics : le trafic et le taux de rebond.
    Si ton trafic augmente, tes positions vont être à la hausse.

    Répondre
  16. Avec beaucoup de retard… Je découvre ton article et te remercie pour la citation.

    Je suis tout à fait de ton point de vue lorsque tu dis que que « Twitter est un moyen de diffusion, de découverte, de partage et de promotion. » Twitter est en effet un très bon outil qui me permet de faire de nombreuses découvertes mais aussi de faire connaître mes articles au plus grand nombre.

    Cet aspect « quantitatif » n’est pas négligeable mais dans mon article, j’évoquais plus une notion qualitative, d’échanges : « L’article est intéressant alors je vais RT avec un petit commentaire personnalisé mais qu’est ce qui va me pousser à donner mon avis sur le blog ? » C’est cette idée de participation, de lancement de débat ou encore de « centralisation de l’information » qui est quelque peu négligée (je trouve) que j’évoquais…

    En tout cas, merci pour ton article !

    Répondre

Laisser un Commentaire