Comment réussir son référencement en 2016 ?

Tournée de bises gratuites en ce mois de janvier ! Mes meilleurs voeux, et surtout la santé ! La santé ? Parlons-en. C’est comme la réussite d’un projet web, d’un e-commerce et j’en passe. Il ne suffit pas de prendre un doliprane pour être en forme. Depuis maintenant presque 3 ans que je suis aussi e-commerçant en plus de mes géniales activités d’agence de référencement naturel, je vois les choses autrement et particulièrement complémentaire au SEO. Alors, comment réussir son référencement en 2016 ?

Vous pensez vraiment que je vais vous parler de comment réussir en référencement en 2016 ? Vous avez vrai-faux. Ce qui faut faire, on le sait. De l’optimisation, du contenu et du lien (et pour les agences en bois, pas les réseaux sociaux, en tout cas sur une influence directe). Ensuite chaque site a ses spécificités techniques et humaines. Chaque secteur est différent. Les solutions précises se trouvent ensuite sur des dossiers concrets. Quant on fait des audits SEO, il nous arrive de délivrer des documents de 100 pages. Vous imaginez la difficulté de rédiger un article global sur le sujet. Et puis les prédictions 2013, 2014, 2015, 2022… on connait, on sait. (et pour tromper mon monde, j’en ferai un vrai l’an prochaine… et allez, peut-être même cette année)

La véritable réussite du référencement naturel ne se passe pas sur les actions à proprement parlé. Non pas que le référencement ne soit pas important, bien au contraire ! Mais c’est comme avoir une ligne d’échappement à 3 670€ sur sa 205 de 1982. Tu ne fera jamais le 0 à 100 km/h en 6 secondes.

Comme on le sait, peut-être même mieux que (presque) personne, le référencement naturel intrigue et passionne. Comme le souligne Jean-Paul Crenn (son petit blog), il n’y a jamais autant de monde que lors d’une conférence SEO. Mais il faut être particulièrement clair : la réussite d’un projet web et plus particulièrement d’e-commerce est liée à un ensemble de facteurs. Le référencement naturel, c’est une part de la réussite d’un projet. Mieux, la réussite du référencement naturel est intégrée à la réussite d’un projet dans son ensemble.

La puissance inégalée du référencement naturel

Pour être très clair dans mon propos, considérons sans discussion possible (je suis parfaitement impartial, bien entendu) que le référencement naturel est le canal d’acquisition le plus rentable. L’ami Loic Helias sera d’accord avec moi puisque cette phrase est tirée d’une discussion qu’on a pu avoir ensemble. Ok, il y a l’incertitude, la concurrence et j’en passe mais au délà de ces aspects, c’est le must dans une majorité de cas.

Repérez deux éléments fondamentaux dans mon propos :

  1. On parle d’un canal d’acquisition : acquisition ne suffit pas pour réussir
  2. On parle d’un seul canal d’acquisition : ce n’est pas le seul et ce n’est pas miraculeux

Pour appuyer mon propos, j’ai eu un cas dernièrement, certes particulier, d’une augmentation véritablement très significative du trafic qui pour autant ne semblait pas suffisante. Pourquoi ?

Le référencement naturel, garant de la réussite ?

Pour citer à nouveau Jean-Paul Crenn, la réussite d’un projet e-commerce est lié à la faiblesse du coût d’acquisition. Le coût d’acquisition le plus rentable est bien souvent le référencement naturel. Mais cela s’intègre dans un cadre bien plus conséquent. Un faible coût d’acquisition client ne garantie en aucun cas une quelconque réussite. De base, il se dit que refaire acheter un client est 5 fois moins cher que trouver un nouveau client. Vous percevrez dès lors l’objectif clair d’une acquisition importante (référencement naturel par exemple) associée très clairement à une politique de fidélisation.

Et encore, ici on brûle les étapes. Un faible coût d’acquisition sur le référencement naturel implique directement un vrai bon taux de conversion.

  • Avoir des visiteurs qui n’achètent pas, ça ne sert à rien.
  • Avoir des visiteurs qualifiés qui ne vous contacte pas, c’est bullshit.

Réussir en référencement naturel, c’est certes amener des visiteurs sur un site Internet et surtout concrétiser.

La réalité de la réussite du référencement naturel en SEO

Bien entendu, il faut analyser, sentir la thématique, auditer la concurrence, définir les actions et surtout travailler. Très bien, vous avez plus de visiteurs. Et alors ?

Moi je ne veux pas des visiteurs sur mes e-commerces, je veux des ventes et de la marge.

La réalité d’un site e-commerce ou de n’importe quel projet web n’est jamais lié qu’au référencement. Le référencement est un paramètre souvent important pour la réussite mais ne suffit jamais en lui même :

  • Quel est votre niveau de conversion ? Comment l’augmenter ?
  • Quel est votre taux de marge ? >> Comment l’augmenter ?
  • Quel est votre taux de client fidèle ? >> Comment l’augmenter ?

Cette liste est non exhaustive est mérite d’être développée. à deux niveaux : les items et les sous-items. Chaque item dispose de sous-items qui peuvent être différents en fonction du site. Pour l’exemple, les réponses pour « augmenter la conversion » sont très larges : expertise, réassurance, réponse technique et j’en passe.

Plus que jamais, 2016 sera une année de travail et d’intelligence relationnelle entre des prestations référencement naturel de qualité et l’ensemble des clés qui font qu’un projet web est une réussite.

7s Commentaires à “Comment réussir son référencement en 2016 ?”

  1. Amen mon révérant !

    Mettre en parallèle, le référencement et les actions marketing est de plus en plus vrai surtout dans le e-commerce.
    Le référencement qu’il soit payant ou naturel est un moyen de générer du trafic qualifié et d’augmenter la notoriété de la marque.
    Le marketing, lui va permettre de transformer ces prospects en client et de les fidéliser. Et ce sont bien ces dernière actions qui vont générer du CA, de la marge et du bénéfice à l’entreprise.

    J’entends trop souvent l’amalgame, « je fait un mauvais résultat car mon référencement n’est pas bon ».
    J’ai déjà vu des sites e-commerce être très rentable avec moins de 100 visiteurs / jours.

    On peut mettre des milliers d’euro dans le SEO ou SEA mais si l’offre produit et les prix ne sont pas bon ça ne fonctionnera pas.

    Répondre
  2. Alexandre Santoni

    @Mikiweb : Exactement. Et pour le prix, c’est encore plus subtil que ça. Le prix est une chose, la valorisation de son produit pour arriver à vendre au bon prix en est une autre 😉

    Répondre
  3. D’accord avec vous sur le fait qu’un bon référencement n’a que peu d’intérêt si l’offre de produit ou de service ne suit pas derrière. Mais dès lors la question qui se pose c’est que peut faire un référenceur qui se voit confier un site e-commerce au catalogue trop limité ou dont les prix sont excessifs par rapport à ceux du marché ? En supposant qu’il n’a pas la main sur ces éléments, il me semble injuste de lui imputer entièrement le manque de transformation de visiteurs en clients.

    Répondre
  4. Alexandre Santoni

    @Olivier : Bien sûr que si. Dans le cas où les visiteurs sont là, que le trafic est qualifié (difficile de faire autrement aujourd’hui en sus) et que le taux de transformation est trop faible, la réponse ne vient pas du SEO. Elle peut venir du site (valorisation, confiance, offre), de la réputation ou du marché lui-même.

    @Mitseo : Tout à fait !

    Répondre
  5. Bonsoir,
    Tout d’abord bonne année ! Avec un peu de retard j’espère vos résolutions ont tenus jusqu’a la.

    Après je suis d’accord sur le fait que le referencement est important mais les services et la qualité est une autre chose.

    Répondre
  6. J’ai l’impression qu’en 2016, le SEO évolue de plus en plus vers le content marketing mais également vers l’inbound marketing.
    Jusqu’à maintenant, il semblait y avoir une frontière entre l’inbound marketing et le SEO pourtant, je pense qu’un SEO peut aussi intervenir sur les taux de conversion en faisant les bonnes reco et non juste du netlinking à la chaine ou du bourinage de mots-clés. L’objectif final c’est pas d’avoir uniquement des visiteurs mais surtout des prospects.

    Répondre

Laisser un Commentaire