Les stratégies de netlink qui marchent en 2015

Le netlink, c’est vraiment mon intérêt et ma réflexion du moment. Et il doit revenir en tête dans tous les foyers français cherchant à faire du SEO. J’ai la franche sensation qu’on essaie de l’écarter de la zone de combat. Pourtant, c’est toujours aussi efficace. Faisons tous ensemble le tour de ce qui fonctionne encore et toujours.

Le lien fonctionne-t-il encore ?

Je reviens rapidement sur un point sensible : Je m’évertue personnellement, tout comme mes comparses référencement, à prêcher la bonne parole et affirmer qu’avant le lien, il y a de nombreux moyens de grandir. J’ai dans mon agence des exemples très concrets en ce début d’année qu’on peut augmenter le trafic de 300% rien qu’en actionnant les bons leviers on-site. Je suis de fait toujours convaincu et bien plus encore de l’efficacité des préconisations on-site quand elles sont appliquées correctement. Pourtant, le lien reste lui aussi le nerf de la guerre. Pendant que certaines agences web déclarent que le +1 est LE critère pour le positionnement (ne riez pas trop fort), je vous propose de faire le tour de ce qui est efficace en 2015 en netlink, en évacuant les techniques que je juge personnellement vraiment trop risquées dans tous les cas de figure. Il n’empêche que dans le lot, certaines ont une part de risque voire de gros risques si elles sont appliquées de mauvaise manière. Dans tout les cas, il faut partir du principe qu’un lien posé directement est un risque pris.

Pousser un 4x4
Quel est le plus efficace d’après toi pour pousser un gros 4×4 ? Plein de petits enfants ou un gros tracteur ?

L’objectif est, comme l’image tant à le démontrer, de chercher le ou les gros liens qui vont faire avancer la machine plutôt que plein de petits liens avec une efficacité douteuse. Comme a pu le dire Kevin Richard lors du #liveseo quand il indiquait falloir suivre la concurrence, il faut chercher quels sont les liens qui font le positionnement et savoir écarter les autres.

1. La diffusion de votre contenu

Et voilà, encore un qui prône de réaliser du contenu. Oui du contenu, du vrai, du bon, du diffusable, celui qui peut faire référence sur le sujet. C’est à ce prix que tu pourras glaner des liens, des vrais, des bons, qui vont te faire devenir la référence sur ton sujet. Voici quelques idées qui peuvent vous aider à créer des articles :

  • Un excellent contenu, sur un sujet particulier de votre domaine
  • Une étude puissante et complète sur un phénomène ou une évolution
  • Un tuto fabuleux, le meilleur du web, donnant de superbes astuces
  • Ecrire un article sur un sujet où vous allez annoncer une vérité sur un sujet d’opinion sensible

Voilà ce qui peut fonctionner pour un article. Sachez qu’il y a de nombreuses autres possibilités et que de manière globale, une publication d’articles régulière en plus d’un article « choc » de temps à autre sera le meilleur levier s’il est correctement exploité.

Pensez aussi à parler des autres… on est jamais seul sur le web. Regardez les quelques liens externes présents dans cet article, ils sont liés à un contenu particulier et intéressant qui a été diffusé, en partie source d’inspiration pour cet article. Si le sujet du contenu vous intéresse, je vous invite à lire Comment réussir son Content Marketing ?.

2. Les liens sur votre réseau

Attention, on rentre directement dans les techniques inavouables et très souvent évoquées. Je sais, c’est paradoxal. Ce qui fonctionne depuis maintenant quelques petites années, ce sont les expirés. Ça fait tellement longtemps qu’ils existent qu’il faut forcément s’attendre, peut-être cette année, à une claque là-dessus. Vous êtes prévenus.

Au-delà de la question des expirés, je suis convaincu qu’aujourd’hui il faut considérer qu’un réseau n’est pas un réseau. Les sites du réseau doivent être propres et utiles pour l’internaute et ne sont pas (forcément) liés entre eux. L’existence du site est justifié ? Le lien est lui aussi justifié ? Alors, que risques-tu ? RIEN. Bon, dans la réalité ça n’est pas aussi simple, mais pensez-y. Reste la question de la popularisation des sites.

L’avantage, c’est qu’on peut se permettre de prendre un peu plus de risque que pour un money site, dans tous les sens du terme :

  • J’envoie des liens légèrement spammy
  • Je crée un site hyper-polémique pour glaner des liens faciles
  • et bien d’autres possibilités

Votre petit armée est prête, à vous de voir l’utilisation que vous en faites : pour vous, pour vos clients, pour des échanges, pour gagner de l’argent ?

3. De l’argent donc des liens

En parlant de gagner (ou presque de l’argent), évoquons la question des articles sponsorisés et autres achats de liens. C’est cher, c’est long, mais que c’est bon. J’insiste sur le côté cher et long. Si on veut véritablement bien faire, il est judicieux de chercher des sites qui ne sont pas à la base des vendeurs et de négocier avec eux. Si on ajoute ça au fait que le lien est aujourd’hui cher (même trop cher parfois), cette stratégie est longue et chère… mais redoutablement efficace et presque invisible si c’est bien réalisé et construit.

A l’inverse, elle devient chère, dangereuse et inefficace.

4. Parce que les grands font aussi du référencement

Comme a pu le dire Rudy Som toujours lors du #liveseo, il ferait une pub à la télévision pour faire du référencement. Comme je le disais lors d’une interview sur le périmètre du SEO, s’il faut faire nager un homme sirène en Alaska pour gratter des places dans les SERP, il faut le faire. Chaque site à son potentiel, chaque entreprise à son budget et le référencement c’est aussi indirectement de la communication pure et dure. A chacun d’imaginer sa stratégie de communication en pensant aussi référencement.

5. La diffusion de votre actualité

Des sites sont / peuvent être intéressés par votre actualité et son prêts à la diffuser. Vous êtes à l’origine d’un événement ? D’une soirée ? D’un recrutement ? Creusez-vous la tête, il y a des opportunités de diffusion.

6. La presse

La presse est un levier de communication et parfois de netlinking, direct ou indirect. Disposer d’articles de presse c’est avant tout avoir une justification dans l’actualité de votre entreprise. En outre, il faut aussi partir du principe, sauf exceptions, qu’il faut grandir avant d’être grand.

Non, Alexandre, il faut grandir avant d’être grand ? Dis-moi pas que t’es sérieux ?

Je ne sais pas si c’est la phrase de l’article, mais elle a en réalité un vrai sens. Cherchons à communiquer auprès des petits pour pouvoir justifier d’une publication chez un plus gros média. C’est ça aussi la recommandation.

7. Les partenariats

Bien sûr qu’il faut des partenariats ! Mais pas de vulgaires échanges A-B avec un site que je ne connaissais pas, sauf si on ne peut pas faire autrement. On a tous des amis, on est tous sur un territoire géographique, on a tous des fournisseurs ou des prestataires. On a tous des liens à aller chercher.

8. Aller chercher les endroits où on parle de vous

Selon qui vous êtes, il est possible que sur Internet, on ait déjà parlé de vous, de votre activité, de votre entreprise ou encore de votre poney. Y-a-t-il un lien ? Oui, non ? Non ? Alors, demandez gentiment et poliment.

De nombreuses autres possibilités sont à imaginer et à exploiter, à chacun de comprendre sa thématique, les influenceurs de sa thématique et comment les toucher. Il est tout à fait possible de prendre la stratégie à l’inverse. Je note les sites sur lesquels j’aimerai avoir un lien et je travaille ma stratégie pour arriver à les toucher.

Dans tous les cas de figure, la base est de savoir communiquer et penser référencement, comme nous le faisons avec nos clients.

Crédit photo : 1 2

27s Commentaires à “Les stratégies de netlink qui marchent en 2015”

  1. C’est fini le temps du lien facile. Aujourd’hui, chaque lien est dur à obtenir. Qu’il soit en Dofollow ou pas, un minimum d’effort est demandé. Si le lien est trop facile à obtenir, c’est qu’il n’est sûrement pas de qualité. Je m’interroge sur une chose : le fait de « payer » pour avoir un ou plusieurs liens, peut-il être considéré comme un achat de lien à long terme ? Je m’explique, Google a toujours dit qu’il était contre les achats de lien car ce n’est pas naturel. Aujourd’hui, Google est incapable de détecter si des liens ont été achetés dans des articles de blogs influents, mais à long terme peut-être que Google se rendra compte de la supercherie et là, c’est la pénalité qui tombe.

    Répondre
  2. Alexandre Santoni

    Concernant l’achat, il faut le considéré comme un moyen. Si c’est fait correctement, ce moyen est un moyen comme un autre, un intermédiaire où seul l’acheteur / vendeur sont au courant. Maintenant, Google dispose et disposera demain d’un arsenal qui lui permettra de trouver le moyen d’acquisition si celui-ci n’est pas fait dans les règles de l’art. En plus, on sait très bien que le lien d’aujourd’hui est la sanction de demain… et même de bien plus tard ; tout l’intérêt de réaliser ça de manière invisible (donc c’est long, donc c’est cher).

    Répondre
  3. Tout à fait d’accord !
    Le bon contenu est cher si l’on veut de  » l’excellent, puissant, fabuleux » ( je te cite).
    Et ce bon contenu est indispensable pour convaincre de faire du lien vers un site. Même ceux qui vendent du bon lien font attention à ce qu’ils linkent maintenant.

    Reste tes points 5,7 et 8 à moindre coût, mais le tour est parfois vite fait pour ceux qui n’ont pas de bons contenus.

    Le serpent qui se mord la queue… 🙂

    Répondre
  4. Quand on voit comment certaines entreprises cachent leurs liens ( bloquage des robots d’ahrefs et majestic ) , on comprends bien vite que le lien est une denrée rare et chère, il est donc préférable d’éviter de révéler ses sources… Le cloacking quant à lui a encore aussi bien des adeptes, j’ai hâte que google s’attèle sérieusement à ce sujet car il y a clairement aussi de nombreux abus qui font froid dans le dos… mais bon pour l’instant ça marche…

    Répondre
  5. Mathieu Zen

    Tout d’abord, merci d’écrire de manière si agréable et drôle ! ça rafraîchit.

    Pour les liens, je suis d’accord avec toi, il reste indispensable d’aller les attraper. Et la meilleure façon de le faire est de produire du contenu de grande qualité.

    Mais ensuite, tout aussi difficile, il faut diffuser ce contenu. Et là, les stratégies peuvent être très diversifiées : des classiques relations presse, à l’identification laborieuse et patiente d’une série de contacts bien thématisés, pour finir par des approches directes au téléphone via un détour par les réseaux sociaux et les e-mails. Beaucoup de travail en perspective. Mais pas forcément cher (en termes de prestations) si on a le temps / les ressources.

    Répondre
  6. Alexandre Santoni

    @Sylvain : C’est exact. Il faut quand même bien se dire que les clients ont du mal à faire du bon contenu, c’est très compliqué pour des raisons qui leurs semblent légitimes. A nous d’essayer d’enclencher la marche avant, mais ce n’est jamais évident.

    @Patrice : Google cherche depuis bien longtemps à vérifier si un contenu est cloacké. Entre certaines techniques à la pointe et le cloacking légitime, il est parfois compliqué pour Google de comprendre ce qu’il se trame…

    @Mathieu : C’est toujours le même chose : si le client a le temps de faire les choses, alors oui, la prestation peut être moins chère ; mais surtout plus efficace.

    Répondre
  7. Même si la liste n’est pas exhaustive elle à le mérite de condenser de bonne pratique. L’achat de lien est limite, mais bien réalisé c’est presque invisible en effet. Toutefois je considère que le point clé est le premier. Comme d’habitude tout doit partir du contenu, c’est la base sur laquelle le netlinking peut démarrer. Un bon contenu est beaucoup plus simple à propager et donc à promouvoir qu’une série de pages creuses qui n’ont finalement que peut d’intérêt. Dans le fond, c’est exactement ce que veut Google. Des pages intéressantes qui font parler d’elles et intéressent.

    Répondre
  8. Merci d’avoir pris le temps décrire cet article mais sans vouloir être vexant rien de bien nouveau quoi!

    Répondre
  9. Alexandre Santoni

    @Yannick : Exactement, faire du bon lien est difficile, et même surtout long.

    @Lisa : Le point clé, c’est le contenu, mais surtout la manière de le diffuser.

    @Robin : Il n’y aura jamais un nouveau point sorti de nulle part qui débarque. Il y a simplement certaines techniques qui sortent, parce qu’inefficace et d’autres qui prennent du volume. Ensuite, tout l’art réside dans la manière de traiter ces points là. 😉

    Répondre
  10. Salut ! J’abonde particulièrement avec le premier point, un contenu avec un bon potentiel de diffusion reste très efficace aussi bien pour ses vertus directes on-site que pour sa capacité d’essaimage.
    Evoqué aussi dans le point 1, ce que je fais systématiquement et qui me semble bien fonctionner, c’est aller là où les concurrents ont posé leur backlinks. C’est facile à faire avec n’importe quel tool et surtout on accède à des spots intéressants, généralement dans la thématique donc de qualité.

    Mais…. car finalement tout est dans l’intro, rien ne vaut l’optimisation on-site…

    Répondre
  11. Moi personnellement je me focalise sur les réseaux sociaux. Merci infiniment pour ces précieux conseils

    Répondre
  12. Bonsoir,
    Oui un bon lien est une denrée dure à obtenir ! 😉
    Sur les achats de liens je me méfie, ça peut etre certes quasi invisible -si bien fait-, mais ça reste risqué…
    Quand je repense à ce qui se pratiquait il n’y a encore que quelques années, en matière de liens notamment, on a l’impression d’être à des années lumières… 😉
    Cordialement.

    Répondre
  13. Voilà une bien chouette réflexion bien au delà des principes du seul netlinking comme on le concevait il y a quelques années à peine. Pour ma part je pratique de plus en plus ce qu’on nomme le link « ninja » qui a vraiment son efficacité, et pas mal de linkbaiting aussi. Mais la concurrence est rude, partout !

    Répondre
  14. Alexandre Santoni

    @Aurélien Debord : J’abonde dans ton sens, évidement 😉

    @Simon Tripnaux : Il faudra que tu nous parles de techniques de link ninja et de ton retour d’expérience !

    Répondre
  15. Salut Alex, un article intéressant qui nous dit « réfléchissez à chaque opportunité » . si je comprends bien, et toujours cette valeur qui est au centre : la qualité !
    remise en question et motivation, c’est cool !
    A plus 😉

    Répondre
  16. J’aime beaucoup la comparaison entre le gros tracteur et 20 gosses pour pousser le 4×4 🙂

    Tu as pas mal abordé le sujet des liens de qualité venant de sites d’autorité (et qu’il faut suer sang et eau pour les avoir), mais j’entends beaucoup parler de « jus » venant de réseaux sociaux(Pinterest, Tumblr, Flickr FB, Twitter,…) Bref. On se créé un account sur chacun et on diffuse comme des cochons en se développant une base de followers.
    C’est sérieux cette histoire à ton avis ou encore une perte de temps ?

    PS : Je ne connaissais pas ton blog et je le dévore.

    Répondre
  17. Alexandre Santoni

    Le jus des réseaux sociaux est une vaste question et peut-être même une vaste fumisterie. Les derniers tests sérieux démontrent aucun impact direct ou trop mineur pour s’en apercevoir . Maintenant, l’effet indirect est indéniable et les choses évoluent tous les mois sur les effets directs.

    Répondre
  18. Richard

    Effectivement, le jus des réseaux sociaux est particulier… ils doivent avoir un algo différent des sites classiques. J’ai cru lire quelque part que concernant twitter, il y aurais une barre à 50 backlink qui donne des bons résultats, puis une autre à 500. A voir…

    Répondre
  19. Salut,

    Je pense pour ma part qu’il y a deux choses importantes:
    – Backlinking manuel comme tu le précises: à travers des partneriats, etc
    – De l’inbound marketing pour deux raisons: asseoir la crédibilité (les gens viennent sur ton site parce que tu leur offres du contenu gratuit) et surtout ça permet aux autres: médias, blogueurs,.. de parler de toi.

    Finalement, le white hat SEO demande une quantité de temps énorme mais c’est nécessaire.

    Répondre
  20. Bonjour Alexandre,

    Je viens de découvrir ton blog, il est super intéressant, bravo ! Pour ce qui des nouvelles techniques Linkbuilding qui marchent en 2015, j’aimerais attirer ton attention sur l’américain Brian Dean dont le blog Backlinko est une référence absolue dans le domaine du SEO.

    Selon Brian Dean la manière la plus efficace pour réussir son content marketing c’est de créer des infographies visuellement attractives sur un sujet particulier et ensuite inviter les bloggeurs dans votre niche à y jeter un coup d’oeil sur votre site / blog. Dans la majorité des cas (si l’infographie est vraiment de bonne qualité), ceci ramène des liens de qualité.

    Amicalement.

    Loic

    Répondre
  21. Eric from H2Fr

    Intéressant, surtout le dernier point.

    On entend souvent Google (entre autres) parler de ce qu’il ne faut pas faire / ce qui ne marche pas (officiellement du moins), c’est bien de voir des articles qui parlent de ce qui marche justement.

    Eric,

    Répondre
  22. Bonjour,

    Merci pour cet article.
    Débutant en référencement SEO, toutes les techniques sont bonnes à prendre pour essayer de comprendre comment fonctionne un référencement optimal sans tomber dans la stratégie de l’échange systématique de liens.

    Répondre
  23. J’arrive un peu après la bataille ;D Moi, je reste persuadé que les liens de son propre réseau restent encore la meilleure solution à long terme. Cela évite les mauvaises surprises et permet de beaucoup mieux contrôler ce qui rentre et ce qui sort (le jus, hein !). Concernant le linkbaiting, je pense que c’est trop chronophage pour beaucoup d’éditeurs de sites ou petites sociétés. Ça reste une stratégie, mais sur laquelle tout le monde ne peut pas jouer. Et puis tant que GG basera son algo sur les liens, il reste (facilement) prenable ;D

    Répondre
  24. Tout a fait d’accord, la création devient de plus en plus complexe et il est vrai qu’avoir recours à des méthodes payantes me semble indispensable actuellement.

    Répondre

Laisser un Commentaire