8 points SEO après la soirée Blog Sur Garonne

Lundi soir, je me suis rendu à la 28ème de Blog Sur Garonne. Une belle organisation et du beau monde, de quoi rencontrer quelques référenceurs toulousains dans les locaux d’Over-Blog. Il y a pas mal de choses à retenir coté SEO.

Du coup, j’ai principalement croisé et / ou discuté avec :

  • 2 stagiaires de x-prime (un bo-goss et un belle-goss)
  • Nicolas, l’organisateur et toujours étudiant
  • Rudy (discodog), avec lequel j’ai échangé quelques mots
  • Le très sympathique Taiphan, référenceur à son compte (mediaphane) et vice-président du SEO Camp
  • Belle discussion avec Yoann, un référenceur toulousain.
  • Alban, qui tient un site bien placé sur une requête plutôt concurrentielle

Je m’excuse pour les approximations, il doit y en avoir. J’ai aussi oublié de noter quelques personnes que j’ai croisées, mais je n’ai pas d’infos à écrire.

Bref, maintenant que vous vous êtes bien fait chier à lire avec qui j’ai fait connaissance, voici les principaux points des sujets de discussions que j’ai ressorti après parlotes avec des SEO-man.

Il n’y a rien d’extraordinaire, mais voilà ce qu’il y avait à retenir (les concernés se reconnaîtront) :

1/ 1 an pour se positionner sur Google

Si vous travaillez sur une requête plutôt concurrentielle, on va considérer qu’il faut un an pour se positionner sur celle-ci (mais aussi sur des requêtes secondaires bien entendu). Il y a aussi des stratégies différentes, qui marchent quand on tient un blog, toujours sur un an. 1 an, oui, mais un an à bosser bien entendu…

2/ Le spam, c’est la règle

Comme l’a si-bien illustré Sylvain, le spam, c’est la règle. En tout cas pour certains d’entre nous. Certains rencontrés lors de cette soirée poussent le vice d’utiliser du spam massif sur le site de leurs clients. C’est vrai que c’est puissant (sauf dans certains cas de spam de commentaires), mais perso, sur du site client, j’ai quand même des réticences.

3/ La règle des 30% appliquée en SEO

Considérons qu’en terme de CA, un client fasse plus de 30% : on est en difficulté si demain ce client ne nous fait plus confiance. On peut appliquer cette règle à pas mal de points, y compris en SEO.

  • Un site t’apporte 30% de tes revenus ? Il va falloir diversifier.
  • Adsense brasse 30% de ton salaire ? Il va falloir opter pour d’autres types de monétisation.
  • Google t’amène plus de 30% de tes visiteurs ? Ca craint, mais tu ne peux rien faire. (et merde)

4/ « Je ne comprends pas comment on peut prendre du plaisir dans le SEO »

Entendu dans la soirée, par un homme de 30 ans, très sympa, qui cherchait justement des compétences en création de site Internet. C’est l’occasion de se vendre un peu et de pousser un ouf de soulagement. Certains ne s’amusent pas à faire du SEO. Tant mieux, ça me donnera du boulot en référencement. (passage auto-link, je sais)

5/ « Je m’amuse »

Je vous laisse deviner qui a pu me dire ça (confer liste du haut). Là, ce n’est même plus le stade du plaisir, c’est au-delà. C’est qui plus est l’une des premières choses qu’il m’ait dit. Du coup, on comprend mieux pas mal de trucs.

6/ Lancement de plusieurs projets SEO

Chercher à gagner du pognon sur le net (lancement de sites Internet à but lucratif), ce n’est pas forcement évident. Le mieux est de lancer plusieurs projets et de mettre le paquet sur celui qui fonctionne le mieux. C’est un peu la technique des entrepreneurs friqués. J’investis dans plusieurs business en même temps. Celui qui marche me remboursera largement les autres, avec aussi une belle plus-value.

7/ La veille référencement

Sur le net, tout évolue très vite. La veille est un élément primordial. J’ai même entendu durant cette soirée 95% de veille, 5% de boulot. C’est complètement tiré par les cheveux, mais on comprend vite de principe. La totalité des référenceurs lisent les blogs SEO. Mais seule une partie écrive des articles.

8/ Le référencement n’est pas mon métier

« Mon métier, c’est faire vivre mon site et me positionner sur les requêtes qui m’intéressent ». C’est Alban qui m’a dit ça, à peu de choses près. Pourquoi pas… Il va falloir trouver un autre nom de métier, à moins que vous en ayez un sous la main. Webmaseoteur ?

Voilà, c’était du vrac pur et dur, il y a sans doute de bonnes choses à tirer. Une prochaine soirée sera organisée fin aout / début septembre. En essayant pour moi d’être dans la ville rose ce jour-là.

Crédit photo

19s Commentaires à “8 points SEO après la soirée Blog Sur Garonne”

  1. C’est vrai j’imagine bien certains référenceurs alignés en clodos junky!
    Le SEO, c’est un jeu dont on peut voir les résultats concrets dès le lendemain.

    Répondre
  2. Ah oui, on est d’accord que l’image n’est pas tirée de la rencontre hein. 🙂 Tout le monde était assez bien fringué, l’endroit était excellent et l’organisation bien foutue.

    Répondre
  3. Ah ben je serais bien venu tiens.
    Manque de bol, je n’étais pas au courant et en plus je suis sur la Côte d’Azur.
    Faut me dire la prochaine fois !

    Répondre
  4. J’étais présente à cette soirée et aurait bien aimé te rencontrer avant de me noyer dans mon verre de punch. J’ai appris ce soir là que BMD était old school contrairement à LFE qui se maintient en bonne place.
    J’ai appris aussi que je n’avais pas besoin d’aller poster plein de messages sur les forums pour rendre ma signature efficace.
    Et puis je me suis mise à parler avec des gens qui faisaient pas du SEO alors j’ai décroché.

    Répondre
  5. Y aurait-il des photos de la soirée qui circulent?
    En tout cas, pour revenir sur ces points, il est clairement indispensable de s’amuser dans ce métier. Si le SEO n’est pas votre passion, il est difficile de croire que vous serez réellement compétent tant cette discipline est chronophage.

    Concernant le point 6, excusez mon ignorance mais c’est quoi un projet SEO?

    Enfin, un an pour se positionner sur une requete peu concurrentielle, ca me parait beaucoup non? Surtout si on fait appel à quelqu’un d’expérimenté.

    Répondre
  6. Et alors, faudrait en faire une autre bientôt !
    Ou alors vous venez me voir en Andorre. Comme ça vous pourrez faire le plein de clopes et alcool 😀

    Répondre
  7. @Laurent : Si je suis au courant et si j’y pense, je te tiens au jus de la prochaine, au cas où.

    @Bruno : Je me suis mal exprimé, on va plutôt dire projet de création de sites Internet à but lucratif. C’est mieux. J’arrange le texte, merci.

    Répondre
  8. Concernant la veille, c’est vrai que c’est super chronophage. Encore plus avec Twitter qu’auparavant d’ailleurs. On pourrait passer ses journées à lire des articles (plus ou moins) intéressant si on voulait.
    De là à dire que ca prend 95% du temps d’un SEO, mouais, j’aurais opté pour du 92-93% environ 😀

    Répondre
  9. Crunch from PSP

    Pour le premier point c’est assez relatif je pense car on peut se positionner sur un truc facilement si c’est une niche mais si c’est un truc plus concurrentiel alors la ça peut en prendre du temps, bien plus qu’un an 😉

    Répondre
  10. @Julien : 70 personnes, des blogueurs, des stagiaires et des pros du monde du web. Ca fait vraiment pas mal donc, plus ça va vraiment commencer à être tendu pour les organisateurs. 🙂

    @Crunch : 1 an, c’était concernant un retour d’expérience. C’est effectivement très variable en fonction de très nombreux paramètres. Disons qu’il faut simplement prendre le temps de faire les choses.

    Répondre
  11. Ca avait l’air sympa ta soirée dis moi 🙂 95% de veille, c’est un peu tiré par les cheveux mais cela fait partie du boulot de SEO. Un référenceur qui ne se remet jamais en question et qui ne suit pas les évolutions dans le domaine ne fera pas du bon boulot.

    Répondre
  12. @Pierre : Ouais, et derrière le mur, il y a les winners-seo, liasses de billets dans dans la poche de chemise et chaussures en cuir. Bon, ils sont minoritaires 🙂

    Répondre
  13. Parfaitement d’accord avec deux points : s’amuser et avoir plein de sites. L’un va d’ailleurs très bien avec l’autre 🙂 Toutes ces soirées webevents ça me donne bigrement envie d’en organiser une du genre SEOcamping à la campagne 🙂

    Répondre
  14. Concernant ton point 7 : prend-on le temps de lire tout ?… plus ça va plus on est nombreux à écrire, en anglais comme en français, donc le volume d’infos augmente en conséquence, et le temps nécessaire à la lecture se doit d’augmenter au même rythme ! On en arrivera peut-être à du 95-5 au final 🙂

    Répondre

Laisser un Commentaire