La presse Web twitte à mort, QI merdique oblige

C'est ça d'écrire à l'arrache

Des études bidons, il y en a tous les jours. Mais dès qu’on parle de Facebook et Twitter, la presse Internet s’emballe et s’empresse de publier l’information, sans aucun recul, ni avis, que dalle, le néant absolu.

L’étude démontre ce fait que je vais m’empresser de contester : « Facebook rendrait intelligent, Twitter idiot« . Bon déjà, le raccourci de la presse est très rapide… D’ailleurs, je serais tenté par penser que toute cette presse Internet doit vraiment forcer sur l’utilisation de Twitter, c’est pas possible de publier des études aussi grotesques.

Au rayon des coupables, on notera Tom’s Guide, CNET France, Les Echos, Numerama (bordel, qu’est ce que tu fous ?) PC World et j’en passe un paquet. Bien évidement, l’ensemble de ces liens sont en nofollow, il est hors de question de cautionner ce genre de conneries. Par ailleurs, j’ai soigneusement évité les blogs, ce sont tous des copains où règne la mauvaise foi (meuh non !).

Ce qu’oublie de préciser un très grosse moitié de ces putains d’articles, c’est que l’étude est menée sur des gamins de 11 à 14 ans. Qu’on me théorise l’utilité de Twitter pour les nains, et je fais hara-kiri Keeg. Alors oui, peut-être qu’en prenant seulement les sans-poils on arrive à développement intellectuel plus important sur Facebook. Après tout, réagir à la dernière photo de Clémentine à la plage est drôlement enrichissant. Et puis réaliser des Quizz à la con, c’est un surplus de neurones assurés.

Une donnée reprise à la volée par cette « presse », c’est l’augmentation de 10 points du QI si tu utilises Facebook. C’est décidé, je vais m’ouvrir une dizaine de comptes, mouarf. Je ne suis pas un spécialiste du fonctionnement du quotient intellectuel, mais il me semblait que celui-ci n’évoluait pas au fil du temps, hormis des critères propres au test ou à l’individu (motivation par exemple). Alors soit j’ai raté un épisode, soit la France vient de trouver un remède miracle à l’inutilité intellectuelle d’une grande partie des heures passées sur les bancs de l’école.

J’imagine aisément que l’étude s’est portée sur l’outil en lui même, et non les redirections vers l’extérieur. C’est évident, sur Facebook, tout est recentré sur lui-même, et rare sont les portes de sortie vers l’extérieur. Sur Twitter, on a des liens à la pelle, et ces liens là ne mènent la plupart du temps pas vers la dernière salade mangée par Kevin. Et c’est à partir de là que lecture et réflexion sur l’article qu’on est en train de lire s’imposent.

Bien sûr, il faut choisir les bonnes personnes à suivre sur Twitter pour tomber sur les bons liens, mais si tu es con à la base, là, je ne peux plus rien pour toi.

10s Commentaires à “La presse Web twitte à mort, QI merdique oblige”

  1. eh eh j’imagine bien: « et toi t’as un QI de combien? » – « euh je reflechis, j’ai 3 comptes twitter et 12 Facebook, ce me fait donc 151 😀 »

    Répondre
  2. Je vais m’ouvrir une flopée de comptes facebook et twitter. Reste encore à calculer le ratio entre les deux. Combien de twitter pour un facebook ? pfff.. nan, décidément, j’ai un QI trop bas.

    Répondre
  3. Ce qui est paradoxal, c’est que je pense qu’il est difficile de trouver en France un mec plus accro à Twitter…qu’un journaliste au sein d’une rédaction web !

    Répondre
  4. Moralité -> Il ne faut surtout pas toucher à Twitter. Sinon Keeg il est pas content.

    Il ne faut pas faire attention. Les études de merde ça existe depuis longtemps et ça ne concerne pas que Twitter et Facebook. Je pense que n’importe quelle enquête de ce genre cache un coup marketing ou une tentative de manipulation.

    Répondre
  5. Je comprend pas trop, comme la plus part des gens, je suppose, sur quels critères on peut baser un « étude » comme celle la … il me reste plus qu’a créer 10 compte facebook pour comprendre 🙂

    Répondre
  6. He he, belle analyse (et beau cassage) du manque de recul de la presse « professionnelle » et des blogs « d’informations » qui se contentent d’être les premiers à faire tourner une info à haut potentiel buzzant sans en vérifier la pertinence.
    « Vérifier l’info », c’était pas le job principal des journalistes avant ?
    Cons de journaleux, ils tuent eux-même leur job en faisant ça.

    Si ça te botte, j’en avais fait un article sur http://www.cyroul.com/tendances/codegu-du-bon-comportement-du-bon-consommateur/

    Répondre
  7. c clair qu’en matière d’investigation, qu’il s’agisse de la grande ou petite presse, il n’y a plus grand chose à voir… et dire qu’il devrait donner l’exemple… bah on est pas dans la merde.

    Répondre

Laisser un Commentaire